Bien Vivre le Principe 80/20, de Richard Koch.


# De la liste des 99 meilleurs livres de Business du Personal MBA

La plupart des causes donnent peu de résultats. Quelques unes transforment la vie.


Dans Bien Vivre le Principe 80/20 : Moins de Travail et de Stress pour Plus de Succès et de PlaisirRichard Koch développe dans ce livre une idée simple : beaucoup ont pour croyance que toutes les actions donnent des résultats proportionnels pour peu qu'on y investisse la même énergie, le même temps ou le même argent. 

Selon lui, cette croyance est fausse : il y a des actions qui sont les sources massives de résultats, tandis que d'autres actions génèrent une multitude d'effets insignifiants. 

Et il en arrive à l'équation selon laquelle dans nos vies seules 20% de nos actions génèrent 80% des résultats. Dans ce cas, demande-t-il, pourquoi continuer à s'intéresser aux 80% d'actions qui ne génèrent que 20% de résultats ? Identifions ces 80% qui ne servent à rien, éliminons-les, libérons du temps, de l'énergie, de l'argent et réinvestissons les sur les actions qui comptent vraiment. 

Autrement dit : faisons plus en faisant moins !

Utopie ? Pas tant que ça si l'on en croit Richard Koch. Il va dans le sens de l'histoire de faire toujours plus avec moins dans tous les domaines. C'est le cas des téléphones, des ordinateurs toujours plus petits et plus puissants. C'est le cas des voitures, des trajets, des industries, tout avec le temps s'améliore et vise à mieux fonctionner tout en utilisant moins de ressources. Étrangement, seules nos vies personnelles de tous les jours échappent à cette logique où c'est à  l'inverse la logique du "Faire plus pour gagner plus" qui prime.
"Mettez votre listes des choses à faire à la poubelle, et dressez une liste des choses à ne pas faire".

Concentrez vous sur les meilleurs 20%

Pour arriver à ce résultat, Richard Koch propose le triptyque : destination, route et actions.

La destination, c'est l'objectif de vie que vous vous fixez, là où vous voulez aller. Qui voulez-vous devenir ? Fixer un objectif est compliqué car par essence, choisir c'est renoncer. Il  s'agit tout autant de se concentrer sur une direction que de refuser de prendre toutes les autres directions qui  s'offrent à nous. La destination oblige à choisir ce qui nous rend heureux.

La route, consiste à trouver le chemin le plus simple  pour arriver à destination. Cette route est souvent contre-intuitive car nous sommes conditionnés pour imaginer des chemins qui nécessitent plus pour avoir  plus. Il faut donc faire l'effort de résoudre le challenge que nous n'avons pas l'habitude d'imaginer : faire plus en faisant moins

Richard Koch donne la comparaison suivante qui permet de comprendre son principe : si vous êtes dans le sud de l'Espagne, pour vous rendre de San Pédro à Séville, le chemin intuitif est une route sinueuse qui débute avec 45 kilomètres de virages en épingles au milieu des montagnes puis une route qui part dans différentes directions qu'il est difficile de suivre. C'est cependant la route la plus directe. Et donc celle que tout le monde emprunte. Que se passe-t-il si à l'inverse de la majorité des conducteurs vous exigiez de faire plus en faisant moins ? Richard Koch répond : dans ce cas vous découvririez qu'il existe une autoroute qui va de San Pedro à Malaga puis une seconde autoroute de Malaga à Séville. L'autoroute est habituellement vide (les espagnols détestent payer un péage), clairement signalée et le trajet est plus rapide bien que le chemin ne soit pas le plus direct. Ce n'est donc pas le chemin le plus intuitif mais bien le plus recommandable pour arriver à destination.

Les actions à entreprendre se déduisent simplement de la destination et de la route choisies. Les actions sont moins nombreuses et totalement orientées sur  les objectifs qui vous procurent le plus de bonheur.

L'argent et l'amour

Richard Koch conclut son livre en projetant le principe 80/20 sur  la question de l'argent et de l'amour.

L'argent. Appliquer le principe 80/20 à l'argent c'est se demander comment gagner plus en travaillant moins. Et je trouve que l'auteur y répond intelligemment . Son propos est le suivant : passé un seuil étonnamment bas, s'enrichir ne procure pas plus de bonheur aux gens. Autrement dit, dès lors que vous avez suffisamment d'argent pour vous loger, vous nourrir et vous vêtir, s'enrichir perd fortement de son intérêt. 

A l'appui de cette idée Richard Koch cite différentes études dont une qui porte sur plusieurs milliers de personnes dans 29 pays à travers le monde et qui fait apparaitre que le niveau de satisfaction des citoyens et leur pouvoir sont fortement corrélés, jusqu'à un certain seuil à partir duquel l'accroissement du pouvoir d'achat n'influence plus leur niveau de bonheur.

Il existe donc un certain point à partir duquel gagner plus d'argent (et donc investir plus de temps et d'énergie pour y arriver) ne participe plus à  la création de plus de bonheur et d'autres leviers prennent le relais. La question à se poser est donc la suivante : quels sont les 20% d'argent qui fabriquent mes 80% de bonheur ?

L'amour et l'affection. Des relations plus nombreuses nous rendent-elles plus heureux ? L'observation de Richard Koch sur ce sujet est la suivante : dans un monde hyper connecté, nous donnons trop d'énergie, de temps et d'amour à trop de gens ce qui dilue la qualité de nos relations. Nous avons intérêt à définir les 20% de nos relations qui méritent nos 80% d'attention. La question à se poser : qui sont ces gens qui méritent votre attention et votre affection ?

Et Richard Koch de conclure :
Est-ce difficile ? Étrange plutôt. Pourtant il s'agit de troquer un grand nombre de choses qui vous sont indifférentes contre les rares choses qui vous tiennent vraiment à coeur. Il n'y a pas de progrès sans changement.



Achetez ‘Bien Vivre le Principe 20/80’ de Richard Koch :




En 2005, Josh Kaufman sélectionne une liste de 99 livres parmi les meilleurs qui couvrent les domaines traditionnels d'un MBA. Il vient d'inventer le Personal MBA.