Les 3 énigmes (résolues) de Julie Binay, mon aïeule condamnée à l'exil perpétuel en Guyane



Cet article en deux parties est la suite d'une série d'articles sur Julie Binay, mon aïeule qui fut exilée au bagne en Guyane de 1896 à 1914.

 ***

Énigme 2 : 1884, l'année maudite -Partie 1


***

Dans mon premier article sur Julie, j'avais partagé une intuition sur le décès de son père Jean-Baptiste (et également mon arrière-arrière-grand-père), survenu le 24 juillet 1884 à l'âge de 56 ans :
A cette époque, les conditions de travail dans les carrières sont rudes et les accidents sont fréquents. Même si rien ne me permet de l'affirmer,  j'ai toutes les raisons de croire que le décès du patriarche de la famille [fut] soudain et lié à son activité professionnelle.
Je fondais mon intuition sur un indice. L'acte de décès de Jean-Baptiste précisait comme lieu du décès "la carrière exploitée par l'administration municipale chemin 73" autrement dit son lieu de travail. 

Rien ne me permettait toutefois de confirmer cette intuition quand je publiais mon premier article et je m'y étais je crois résigné. Mais c'était sans compter les charitables efforts de deux de mes lecteurs qui exhumèrent de poussiéreux articles de presse publiés en 1884. Car figurez-vous que le décès de Jean-Baptiste fut assez remarquable pour être raconté par la presse de l'époque. 

Je dois cette découverte à un premier lecteur, Daniel, qui entreprit des recherches dans le Journal de Rouen et fit cette inespérée trouvaille d'un premier récit du décès de Jean-Baptiste

Plus tard, Muriel Bisson, qui prépare un livre sur Julie, me fit parvenir un second article extrait du Journal de Bolbec et découvert par l'entremise du service Archives de la Ville de Bolbec.

Et ce sont ces deux articles mis bout-à-bout qui me permirent de comprendre ce qu'il se passa le jeudi 24 juillet 1884 dans la carrière municipale de la route 73. 

Pierre Charles Toussaint Blanchard, mon aïeul qui survécut à la Révolution française



Qui est Pierre Blanchard pour moi ? Pierre Blanchard est le frère de Jeanne Blanchard (1750-1819) dont je suis le descendant à la 7ème génération (du côté de ma mère). C'est donc aussi le fils de François Blanchard (1720-1784) et Suzanne Tison (1725-1795?), mes ancêtres à la 8ème génération.


Pierre Blanchard - Lithographie (1830)

C'est peu dire que mes recherches sur Pierre ont été aussi inattendues que singulières. 

Pierre Blanchard n'apparaît pas dans les livres d'Histoire. Il marqua pourtant son époque et la postérité se souviendra de lui pour un fait très précis : le 9 janvier 1826, il redonne vie à une congrégation qui s'était éteinte avec la révolution : la congrégation des eudistes.

En voulant suivre Pierre et marcher sur ses pas, je suis descendu dans l'histoire de France et ses intrigues. 

J'ai visité la Révolution, rencontré Napoléon et aperçu la Restauration. Pierre m'a emmené à Paris dans les collections des Archives Nationales. Il m'a fait lire la dernière lettre qu'il a écrite quelques jours avant de mourir. Il m'a guidé jusqu'à la chapelle du lycée privé Saint-Martin de Rennes où son cœur fut emmuré il y a de cela 189 ans. Et fait inédit, il m'a convié à son enterrement qui me sera raconté dans les détails par ses contemporains.

Ce sont ces découvertes que je m'apprête à partager avec vous. Au fil de mes recherches, j'ai découvert la vie d'un homme de conviction et fidèle à sa vocation qui sera le témoin privilégié des grands bouleversements de la France.

Voici pour la première fois l'histoire de Pierre Blanchard.

Les 3 énigmes (résolues) de Julie Binay, mon aïeule condamnée à l'exil perpétuel en Guyane



Photo signalétique d'une bagnarde - Extrait du documentaire "Femmes au bagne"

Lorsque je terminais mon dernier article sur Julie Binay, plusieurs inconnues subsistaient.

J'ignorais par exemple ce qu'il était arrivé à Julie après son retour en France en 1914. Était-elle démeurée à Saint-Nazairre son port d'arrivée ? Était-elle rentrée à Bolbec où elle a grandi ? Ou bien à Paris où elle fut arrêtée avant d'être envoyée au bagne ? 

J'avais également l'intuition que le décès de son père en 1884 avait marqué un tournant dans sa vie, plongé la famille dans le malheur et l'indigence et avait obligé Julie à quitter Bolbec pour vendre ses charmes au Havre puis à Paris. Mais je n'en avais aucune certitude.

Je n'avais enfin eu accès à son dossier de bagne que de façon partielle. J'imaginais volontiers ses colères et ses tentatives d'évasion au gré des quelques rapports de l'administration que j'avais pu lire mais là encore il me restait à consulter son dossier dans son entier pour avoir une idée plus juste de la vie de Julie en Guyane.

Après six mois d'enquête, et avec le concours de quelques lecteurs, j'ai réussi à résoudre ces trois énigmes. Je sais maintenant ce qu'il est advenu de Julie à son retour en France et  dans quelles conditions elle est décédée. J'ai  réussi à en savoir plus sur les circonstances du décès de son père et l'incidence que cela a eu sur la destinée de Julie. Et j'ai eu accès à tout son dossier de bagne.

Je partage donc avec vous le premier chapitre d'une enquête qui en comportera trois et qui s'intitule :


***

Énigme 1

Ce qu'il est advenu de Julie à son retour du bagne


***